Logo
Chargement

6 règles pour optimiser
les images de son site

Quand on parle SEO, on fait quasi systématiquement référence au contenu textuel des sites. Mais qu’en est-il des visuels ? Comment bien les optimiser ?

1. Choisir des images de qualité

Une image pixellisée ? Non merci. Je vous conseille vivement d’acheter vos visuels ou, à défaut, d’utiliser des banques d’images gratuites. Il en existe un certain nombre, en voici quelques exemples :

✔️Unsplash
✔️Pexels
✔️Pixabay
✔️Freepik

2. Choisir le bon format de fichier

.jpg, .jpeg, .png, .pdf, .gif, .psd, .ai, .svg, .eps… Je veux bien vous croire, il y a de quoi se perdre parmi tous ces noms d’extensions de fichiers.

De manière générale, je vous conseille de privilégier trois formats d’image sur le web : JPEG (ou JPG), PNG et GIF. Au-delà du fait que ce sont les plus répandus, ce sont aussi ceux que les moteurs de recherche ont l’habitude de voir.

Le GIF est intéressant pour créer des images animées et le PNG pour assurer des effets de transparence (pour un logo, par exemple). Toutefois, le JPEG reste la norme, notamment parce que ce format est bien plus léger que les autres à qualité égale.

3. Réduire la taille de vos images

Ce n’est plus un secret par personne, la vitesse et le poids d’un site web ont un impact sur son référencement naturel et vos images sont l’un des éléments qui risquent le plus d’alourdir vos pages si elles ne sont pas correctement traitées.

Lorsque vous téléchargez une image sur internet, celle-ci est généralement de très grande taille. C’est notamment le cas des photos libres de droit comme vu dans le #1, travaillées afin de garantir une qualité maximale en cas d’impression par exemple.

Toutefois, ces dimensions sont souvent totalement inadaptées à un site web. Alors, pour ne pas mettre en ligne une photographie très lourde qui risquerait de ralentir inutilement votre site, il est indispensable de redimensionner vos images en amont.

4. Compresser vos photos sans en détériorer la qualité

Dans la même lignée, il est également très important d’en diminuer le poids. Je vous conseille ici d’utiliser des outils de compressions, qu’il s’agit d’extensions WordPress directement comme Imagify par exemple ou d’outils en ligne. Personnellement j’utilise l’outil Compressor.io qui fonctionne très bien.

5. Renommer vos images

Donner un nom à vos images avant de les intégrer à votre site permettra à Google de “lire” le sujet représenté et ainsi de référencer avec pertinence vos visuels en fonction des requêtes des internautes. Par exemple, si vous souhaitez ajouter un nouveau soin visage hydratant sur votre site, évitez d’importer l’image IMG4524.jpg, préférez plutôt soin-visage-hydratant.jpg.

6. Optimisez la balise Alt

Le texte alternatif ou l’attribut « Alt » est un texte lu par les moteurs de recherche, il est donc primordial pour optimiser le référencement des images. En complément du nom de l’image, la balise Alt permet également d’améliorer le référencement de votre site puisqu’elle permet d’y loger des mots clés supplémentaires qui seront interprétés par les moteurs. Les mots clés placés dans la balise Alt remplaceront l’image si le navigateur n’arrive pas à afficher l’image et seront également lisibles par les personnes malvoyantes. Cela permet ainsi à votre site d’être accessible par tous.

En bref, l’utilisation d’images optimisées sur son site permet d’améliorer l’expérience utilisateur, l’engagement et la conversion. Côté SEO, on renforce la sémantique de ses pages et on donne un gros coup de pouce aux moteurs de recherche pour mieux comprendre le contenu, mais aussi le référencer.

Ce serait dommage de passer à côté de tous ces bénéfices !